Le monument aux morts

Le projet de création du « monument aux morts » est terminé. Le prestataire a  installé l’oeuvre sur la place de l’église. Le modèle définitif de statut a été fait lors d’une séance de pose avec modèle et costume d’époque.

 

Des plaques commémoratives sont actuellement présentes au sein de l’église et une étude sérieuse et longue a été menée par la commune sur chacune des personnes nommées sur les 4 plaques présentes. L’étude a été soumise au responsable de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG), qui se situe à CAEN, pour s’assurer que nous n’oublions personne, notamment les personnes ayant reçu la distinction « mort pour la France ». De même, les associations des « anciens combattants » et celle du « souvenir français » d’Uzès, toutes deux travaillant de façon étroite, ont été consultées. L’association « Le Souvenir Français » d’Uzès a alloué une subvention à la commune pour la réalisation du monument.

Mr Guy Michel BORN a offert un coq à mettre sur le monument aux morts. Sur décision du maire, l’oeuvre de Mr BORN est présente sur le site sur un autre cailloux en attendant son emplacement définitif.


L’inauguration du monument aux morts:

Le 11 novembre 2018, plusieurs grandes villes fêteront le centenaire de l’armistice. Ce jour là, du fait de l’indisponibilité des associations des « anciens combattants » et  « le Souvenir Français » d’Uzès, en accord avec elles, l’inauguration du monument aux morts de Belvézet se fera certainement alors la veille,  le samedi 10 novembre 2018 en présence de tous.


« Le 11 novembre 1918, est signée à Rethondes l’armistice qui met fin à la Première Guerre mondiale. Le 11 novembre 1920, la dépouille d’un soldat inconnu est inhumée sous l’Arc de Triomphe à Paris. Une loi du 24 octobre 1922 fait du 11 novembre un jour férié consacré à la commémoration de la victoire et de la Paix. Depuis, chaque année, le 11 novembre donne lieu à des cérémonies devant les monuments aux morts.

Avec la disparition du dernier Poilu, Lazare Ponticelli, le 12 mars 2008, le sens de la commémoration tend à évoluer. Il ne s’agit pas de célébrer la victoire de 1918 mais plutôt la fin de la guerre et l’amorce du rapprochement européen.

La loi du 28 février 2012 a fait du 11 novembre le jour anniversaire de l’armistice de 1918 mais aussi de la commémoration annuelle de la victoire et de la paix. Ce jour là, il est rendu hommage à tous les morts pour la France. » 

 (source: Article copié du site internet vie-publique.)